Le Billet...

Actualité...

Infos Pastorales...

Le Billet

Réagissez à ce billet - Donnez votre avis...

« Préparez les chemins du Seigneur » !
Un des thèmes majeurs des lectures d’aujourd'hui est le chemin qui relie l’homme à Dieu. La première lecture et l’Evangile nous en parle tout particulièrement, mais d’une manière bien différente.

Dans la première lecture Baruch annonçait que Dieu viendrait lui-même préparer le chemin.
Ce prophète vivait environ 600 ans avant Jésus-Christ. Le peuple d’Israël subissait l’oppression du pays voisin l’Assyrie. Il était en exil, il était désespéré, se demandant comment lui, un si petit peuple, pourrait un jour retrouver la liberté face à son ennemi si puissant.
Mais Dieu, à travers ses prophètes, lui dit qu’il ne l’abandonnera pas, qu’un jour, il lui permettra de retrouver sa terre, qu’un jour, Dieu le sauvera. C’est Dieu lui-même qui fera tout cela, qui agira.
« … Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, et que les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie… Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, avec sa miséricorde et sa justice. »
Dieu atteste de sa proximité avec son peuple, de son désir de lui offrir son salut.

Il en va tout autrement dans l’Evangile. Jean-Baptiste annonce aussi un chemin à préparer, mais cette fois s’est au peuple de travailler, c’est aux hommes d’agir.
« Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. » annonce Jean-Baptiste.

D’un côté, avec le prophète Baruch, c’est Dieu qui est à l’œuvre ; de l’autre c’est aux hommes de faire l’effort de préparation. N’y aurait-il pas une contradiction entre les deux textes ?

Car si c’est Dieu qui fait tout le travail, alors nous n’avons plus rien à faire, et comme le chantait Polnareff « on ira tous au paradis ». Mais si c’est à l’homme de travailler, et que Dieu attend, alors c’est tout autre chose, il nous faut nous mettre à l’œuvre rapidement.

En fait ces deux dynamismes, ces 2 visions sont toutes les deux justes, les 2 textes disent vrais.
Dieu est bien celui qui a fait le travail. Il l’a même fait en premier.
Alors que nous nous étions détournés de lui, nous révèle le Nouveau Testament, il est venu nous rejoindre. Il est venu combler l’espace, l’abîme qui nous séparait de lui. Il nous a envoyé son Fils, qui par son incarnation, sa venue au milieu de nous, a relié le ciel et la terre, a relié Dieu aux hommes. Il est celui par qui nous pouvons aller à Dieu, celui par qui l’éternité nous est offerte.
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dira Jésus, personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14, 6)

Dieu est à l’initiative de la rencontre, en venant jusqu’à nous, il a pratiquement fait tout le chemin, ne nous laissant faire que les derniers pas.
Ces derniers pas ce sont ceux de nous rendre disponible au Christ et l’accueillir, ce sont ceux de notre conversion.

Dans l’Evangile Jean-Baptiste nous invite à prendre conscience qu’il y a dans nos vies des résistances, des obstacles qui se mettent en travers de notre rencontre avec le Christ.
Dans notre vie il y a des vallées, d’énormes fossés, images des péchés qui séparent les hommes de Dieu ou les hommes entre eux ;
Il y a des montagnes et des collines, images de nos soucis qui nous paraissent parfois insurmontables ;
Il y a des chemins raboteux, symboles de réalités parfois très difficiles à vivre.
Dieu connait tout cela !

La prière que j’ai dite au début de cette messe évoquait tout cela. Je disais en effet tout à l’heure, au nom de tous : « Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; Mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l'accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie. »

Dieu a fait tout son travail, à nous de faire un dernier petit effort.
L’œuvre de Dieu et l'œuvre de l'homme ne sont pas en concurrence ! Au contraire il s'agit d'une collaboration. A nous de faire notre petit possible, Dieu a fait l’essentiel. C'est à présent à nous de prendre, de reprendre contact avec Dieu. A nous d’oser le laisser nous rejoindre. Dieu respecte infiniment notre dignité et donc notre liberté. Ainsi, comme l’a écrit saint Augustin « Dieu qui t’a créé sans toi, ne te sauvera pas sans toi ».

Voilà ce à quoi nous invite les textes d’aujourd'hui. Voilà ce à quoi Jean-Baptiste veut que nous nous attelions, à une véritable conversion, à découvrir quel est le but notre vie, à découvrir combien Dieu qui demeure est plus grand que tout ce qui passe.

Le temps de l’Avent nous y invite aussi. Ce temps nous est donné pour aplanir les chemins du Seigneur.
Dieu nous escorte. C’est Dieu qui aplanit, Dieu qui comble, Dieu qui chemine à nos côtés et c’est aussi Lui qui nous invite à changer nos cœurs !

Le moment est venu pour chacun de regarder où il en est de sa réponse au Christ. Nous allons fêter Noël, quelle sens cette fête a-t-elle pour nous ?
Comment allons-nous accueillir le Christ ? il est grand temps de préparer les chemins du Seigneur. Pas demain, ni plus tard. Aujourd’hui !

Demandons à la Vierge Marie, l’Immaculée que nous avons fêté hier, de nous obtenir la grâce de répondre comme elle à l’invitation du Christ qui veut habiter notre cœur. Que notre vie soit, comme elle, un non au péché et à la mort, et un vrai « oui » à la vie, un vrai « oui » à Dieu.

Sorties & visites

Cycle de conférences

Blog Pastoral

Décembre
D L Ma Me J V S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

La semaine aux 3 vallées

horaires des messes