Père Michel CHAMBRAGNE

9, place Notre Dame

86270 LA ROCHE POSAY

Tél 05 49 86 20 08 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

=======================================================

 

Pourquoi vous marier ? Avez-vous lu les textes du code civil ? Avez-vous compris à quel point ils  engagent définitivement votre responsabilité, vis-à-vis de votre conjoint et des enfants lorsque vous en aurez?

Pourquoi vous imposer une telle contrainte, alors qu’il est si simple aujourd’hui de vivre ensemble en apportant chacun sa part de salaire, puis de se séparer en bonne intelligence, quand on souhaite passer à autre chose. Après tout, la vie est trop courte pour se rendre malheureux !

Et en plus, vous choisissez de vous marier en l’Eglise, en prenant à témoin l’assemblée des chrétiens et en associant Dieu à votre histoire… Etes-vous fous ?

Certains d'entre vous vivent déjà en couple, voire en famille. Vous savez que l’aventure qui vous attend sera inattendue. Qu’entre les périodes de joie et d’amour se glisseront peut-être des  épisodes de tristesse, de lassitude, voire de désamour. Et pourtant vous êtes là,  optimistes et volontaires.

Car il faut de la volonté pour oser s’embarquer dans cette aventure à deux; pour s’engager à aimer l’autre toute sa vie, non pas comme au premier jour, mais bien jour après jour, dans le mouvement de la vie ;  pour accepter l’autre tel qu’il se découvrira progressivement à vous, dans les épreuves du quotidien et non pas toujours tel que vous le rêvez aujourd’hui, dans la séduction des premiers partages.

Oui, c’est un pari fou, une aventure démesurée, une ambition sans pareil. Mais ce pari ne vous rappelle-t-il rien ? Cet amour inconditionnel, cette acceptation sans cesse renouvelée de l’autre ?  Ne serions nous pas dans la mise en pratique du message de Jésus ? Avec cette même exigence d’absolu ?

Alors oui, soyez fous. Et que l'Eglise vous accompagne dans cette aventure, tout au long de votre vie. Car si vous êtes là aujourd'hui c'est aussi parce que vous envisagez de vivre en chrétiens, et d'offrir cette chance à vos enfants.  De nombreux couples se sont engagés sur ce chemin avant vous et peuvent dire la richesse de leurs expériences. Ils témoignent qu'en se donnant à l’autre, ils grandissent et vivent ainsi  leur  idéal chrétien. Engagez-vous à leur suite, en confiance.

Yann et Bénédicte

Centre Préparation au Mariage (CPM)

Diocèse de Nanterre

======================================================

 

Témoignage de Jacques et de Danielle

Lors de la messe d'accueil des futurs MARIES

 

Quelle idée d'avoir accepté de vous parler !!!

Qu'avons-nous donc à vous communiquer d'autre qu'une expérience toute personnelle ?... car il en est des couples comme des personnes, chacun est unique.

Nous sommes Danielle et Jacques ou Jacques et Danielle, 47 ans de mariage, 3 enfants, 7 petits enfants... un long temps de vie au Brésil ce qui a une grosse influence sur notre façon de voir les choses... mon baptême tardif, après celui des 3 enfants...actuellement, une retraite bien occupée dans les archives de la Congrégation des Fils de la Charité à Issy-les-Moulineaux.

Et pourtant vous et nous avons certainement des points de convergence : un couple, et même plus, une famille... et une volonté de témoigner de sa foi en Jésus Christ... d'ailleurs vous demandez le sacrement du mariage dans cette communauté.

Quel est notre témoignage ?

47 ans de vie commune,

La conséquence la plus apparente, l'influence que nous avons eu l'un sur l'autre :

Jacques m'a appris à rire et je me suis rendu compte à quel point cela pouvait être utile y compris dans le travail, les discussions sérieuses ou difficiles.

Danielle m'a appris à me mettre en colère, à exploser. Et cela m'a permis de ne pas rester à ruminer nos différents. En effet la vie en commun n'est pas « un long fleuve tranquille ».

Nous aimons beaucoup Saint-Exupéry. C'est cet aviateur-écrivain qui dès 1924 fait partie de la grande aventure du transport du courrier vers l'Afrique et l'Amérique du Sud. Combien de fois avons-nous évoqué son roman « Le petit Prince », histoire de la rencontre d'un aviateur avec un enfant venu d'une autre planète. A propos de notre couple, nous avons souvent pensé à un passage où le Renard découvre que sur cette planète : il n'y a pas de chasseur, mais pas de poule non plus... Il en conclut « rien n'est parfait ».

Une longue vie ensemble ne se passe pas uniquement dans un bonheur béat. Oui, nous avons connu un bonheur que nous souhaitons à tous, mais aussi des crises de belle envergure. Petit à petit, et grâce à des amis très proches, nous avons appris à nous affronter parfois durement, car rien n'est pire que le repli et le silence. Nous n'oublierons jamais cette remarque angoissée de notre fille Aline, un jour où, en chahutant, nous nous menacions de séparation : « Vous n'allez pas divorcer vous aussi ! »

A cette époque, en effet, plusieurs de nos proches se séparaient. Nous avons compris alors que l'être humain n'étant pas infaillible, certains mariages étaient invivables. Nous pensons que chacun a droit à l'erreur et doit pouvoir recommencer. Par contre, le rêve d'un bonheur sans faille et ininterrompu n'est qu'un fantasme irréalisable.

Toute la vie, et nous revenons au Petit Prince, passe à s'apprivoiser mutuellement, à se respecter (jamais Jacques ne m'a demandé de me faire baptiser), à négocier (marche à pied contre musée...), voire à s'engueuler malgré la chance que nous avons d'avoir beaucoup de sujets d'intérêt commun.

Et puis des décisions pas faciles à prendre. Quand après la naissance d'Aline, sur les conseils du médecin, nous décidons de ne plus avoir d'enfants, nous nous trouvons confrontés à la position officielle de l'Eglise. Aline était déjà ce qu'on appelait à l'époque « un bébé Ogino », fruit de la contraception naturelle. Etions-nous prêts à restreindre notre vie sexuelle, n'était-ce pas une part indispensable de notre bonheur ? Nous avons opté pour la pilule.

Sommes-nous une famille chrétienne ?

Par moment nous avons participé activement à la vie de l'Eglise, mais pas toujours : le retour en France a été vraiment difficile. C'est le moment où j'éprouve le besoin de faire des études de théologie pour essayer de faire le lien : entre les Evangiles et la vie d'Eglise ; entre ces très pauvres que nous avions fréquentés au Brésil, dont la vie de Foi était si vivante, et ces communautés très réglementées que je découvrais.

Baptisés oui, catéchisme pour les enfants oui. Quant au résultat ? Nous laissons à Dieu le soin d'en juger.

Pour les enfants aussi le retour en France a changé bien des choses, y compris pour leur vie religieuse (peut-être ont-ils ressenti notre désarroi ?). Pour tous les aspects de leur vie, nous avons très souvent pratiqué la discussion et très rarement l'obligation. Notre objectif était d'en faire des hommes et femmes libres et responsables. Pas facile tout ça !

Tout cela nous renvoie à la lecture que nous venons d'entendre.

Les Béatitudes nous paraissent à la fois inaccessibles et tellement réconfortantes et encourageantes.

Elles s'appliquent tellement bien à la vie de la famille. Ceux qui sont dits HEUREUX ne sont pas ceux qui gagnent, qui sont riches, forts et puissants...

... mais ceux qui se dépouillent l'un pour l'autre, qui souffrent, qui recherchent la justice, qui pardonnent,

et tout cela par amour. Il ne s'agit pas de réussir à tout prix, mais au moins d'essayer ensemble.

 

 

Témoignage de  Bernard et de Jacqueline COURCOUL

Prendre en considération le moment précieux que vivent les futurs mariés.

Bonheur attendu depuis la jeunesse d’aimer et d’être aimé…

Situation de fiancés, moment d’intense de jubilation intérieure puisée dans l’expérience d’un amour partagé et dans l’attente du mariage…

Mariage attendu comme un moment de fête, incluant aspects rituels, attentes de joies familiales et amicales…).

Le mariage n’est pas seulement une fête mais aussi une institution (mariage civil et mariage religieux) !

Comment se porte l’institution du mariage ?

Plutôt bien (statistiquement). L’acceptation et le désir de l’institution du mariage sont réels dans les attentes de nombreux jeunes couples. Le mariage est désiré, attendu, malgré le contexte sociétal.

En quoi ce contexte sociétal trouble-t-il la vision du mariage ?

Situation paradoxale : L’amour est exaltéde toutes les façons ! Bien sûr, le mariage ne peut qu’être attaché à l’amour et ne peut tenir à une obligation sociale, patrimoniale, à une convenance ou à un principe de continuité familiale…

La sexualité est exaltée mais pas nécessairement attachée à la durée ni au mariage

La sexualité est banalisée

En conséquence, la perspective d’un amour durable (dans le mariage ou non, d’ailleurs) est considérée comme un projet utopique ; la vision de l’amour est celle d’un amour intense et séquentiel…

Comment vivre en couple au long d’une vie ?

  • Assumer ensemble les changements et à l’évolution de la personnalité, du caractère, liés à la maturation, à l’âge, au travail, aux enfants, au travail, aux événements et aux épreuves de la vie…
  • Vouloir se tenir proches.
  • Assumer les différences sans cultiver la différence.
  • Ne pas rechercher s’imposer à l’autre, à le dominer.
  • Vivre en transparence et en interdépendance.
  • Quand pourrait advenir une vie de routine, avoir des projets ensemble, avoir des complicités.
  • Tenir l’autre pour son prochain le plus proche. Comprendre et reconnaître qu’il puisse souffrir, accueillir sa souffrance (dans sa vie intime, dans son passé, dans les épreuves de la vie, y compris par soi, par son erreur involontaire,  par sa faute …). Pour autant, ne pas rechercher une relation fusionnelle, mais accueillir l’autre intensément. Respecter son mystère, son « inconnaissabilité »…

Perspectives au long et au terme d’une longue vie commune

Rester dans la tendresse

Pour cela, prendre totalement la mesure de la tendresse ressentie au moment de la jeunesse de l’amour.

Puiser en elle la force de poursuivre dans cette voie et au sein des changements, au long des années, au-dedans des événements et des épreuves, pour faire advenir une nouvelle tendresse, différente mais puisée aux mêmes sources…

Vous pouvez poursuivre la conversation avec eux par Mail Ils restent à votre disposition pour parler. Voici leur adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La semaine aux 3 vallées

horaires des messes