Eglise de Mairé


(Eglises)


Mairé
86


MAIRÉ

Eglise de Mairé
Le site de Mairé a été habité dès la préhistoire comme l’atteste la présence de mégalithes et d’outils en silex en plusieurs endroits de la commune. Les gaulois y eurent des « ferrières », ancêtres des forges, et les romains y ont laissé d’importants vestiges (camp, thermes et voies) ainsi qu’un nom : Meriacum.

Deux édifices sont remarquables dans le bourg, ce sont l’église et une fontaine, toutes deux dédiées à saint Sylvain.

L’église présente deux styles différents : roman du XIIe et gothique du XIVe siècle. Le chœur de style ogival comporte deux arcs avec une clé de voûte portant les armoiries d’une des famillesChapiteaux Mairé seigneurs du lieu. Il est éclairé par un grand vitrail du XIXe représentant l’adoration des Mages.
La nef quant à elle, semble être un résumé de toutes les formes classiques des voûtes et arcs de l’art Roman ; on y voit coupoles, plein cintres, berceaux et d’autres formes plus rares, un peu comme si l’architecte avait réalisé là son « chef d’œuvre » pour être reçu dans la corporation.Chapiteau
La symbolique des éléments du bestiaire roman décorant les chapiteaux et modillons est expliquée par un document photographique mis à la disposition des visiteurs par une association amie : La Grange de Mercure .
Quelques statues anciennes et un beau baptistère ont aussi de l’intérêt. 

 

LA FONTAINE SAINT SYLVAIN, sur le chemin descendant au Port sur la Creuse, est aussi très ancienne et l’on sait que les romains utilisaient déjà son eau pour se soigner. Le fond du lavoir est constitué d’une seule pierre, sans doute un ancien mégalithe gaulois. La source sortait de terre par un petit édifice comportant une niche avec une statue du saint que l’on venait toucher pour obtenir des guérisons, notamment de maladies de peau et d’yeux. A une époque incertaine la statue fut transférée dans l’église où les pèlerins, avant leurs ablutions à la fontaine, se rendait pour un « vouillage » c'est-à-dire, probablement, faire un vœu au cas où ils obtiendraient ce qu’ils demandaient.
Au XIXe siècle, une restauration s’imposant des modifications importantes ont conduit à l’aspect actuel et la statue ancienne a disparu.