L'église dans l'histoire des hommes

La Roche Posay

Il y a bien des façons d'aborder un édifice religieux :

- L'aspect spirituel ou mystique (voir feuilles à l'entrée de l'église)

- L'aspect architectural et historique. C'est une démarche plus technique mais qui a aussi sa propre symbolique.

Les moyens modernes comme la visite virtuelle permettent de nous donner un avant goût et l'envie de visiter le patrimoine religieux de La ROCHE-POSAY. Ainsi, nous découvrirons l'harmonie existant entre l'architecture du 15ème siècle avec le mobilier d''art moderne.

Quand on arrive La ROCHE POSAY à partir de la Creuse, le regard est d'abord frappé par la robuste carrure du DONJON, puis par l'harmonieuse silhouette de l'église. Pourtant avec ses deux tours à mâchicoulis construites au 15ième siècle et sa haute muraille défensive, elle montre son visage de gardienne résolue, de sentinelle poitevine aux confins de la Touraine et du Berry

Si la sentinelle est séduisante, ce n'est pas l'effet du hasard, les spécialistes de l'art médiéval l'ont souvent souligné, l'aspect extérieur est directement lié à l'élégance intérieure de l'ouvrage. Il suffit de franchir ce portail « virtuel », et de venir contempler.

Au 11ième siècle, il existe déjà une modeste église romane dédiée à Marie « Sancta Maria in rupe ». Sans doute la chapelle d'un « castrum », d'un château!

La féodalité donnera à ce lieu un caractère militaire défensif et offensif et une aptitude à soutenir le siège. Vous pouvez remarquer, juste derrière vous, qu'une petite ouverture pratiquée dans le pilier nord donne accès à une citerne qui, grâce à deux impluvium récoltait les eaux pluviales.

Les bâtisseurs ne se sont pas limités au tracé cruciforme des églises, ils ont voulu lui donner de l'élévation avec force et audace même si cette église reste bien modeste au regard des actes de foi gigantesques que furent les cathédrales gothiques. Il faut néanmoins en souligner la hardiesse et la belle harmonie.

Tout cette évolution architecturale est à replacer dans le contexte historique de La ROCHE POSAY : place forte face aux seigneurs des alentours, puis frontière durant guerre de Cent ans et enfin guerres de religions.

La Roche devient une place de la REFORME PROTESTANTE grâce à la famille de CHASTEIGNIER de la ROCHE POSAY dont un descendant, Henri-Louis, deviendra évêque de Poitiers (1611-1657). Vous pourrez voir sa dalle funéraire dans la chapelle Saint LAURENT.

Dans la grande œuvre de pierre du christianisme, les maîtres, maçons et artistes sont restés dans l'ombre et se sont effacés derrière le Maître d'ouvrage.

« ...et les pierres crieront l'histoire des hommes... »

En collaboration : Georges BUISSEZ,
                          Jean-Pierre JAMMET,

Venez voir.

Hôtels, restaurants, Campings auront l'honneur de vous accueillir et vous pourrez ainsi vivre un temps plus long dans notre cité thermale.

VitrailLes vitraux

Le 22 juin 1940, la déflagration d'une mine destinée à faire sauter le pont sur la Creuse, tout proche de l'église, dans le vain espoir de retarder l'avance allemande, détruisait les vitraux. Seul le vitrail du Sacré-Coeur, en grande partie caché par le retable de saint Laurent, fut épargné.

Les vitraux modernes datent de 1948-1949. Le maître-verrier a travaillé sur des thèmes proposés par le chanoine Frouin.

Jacques Le Chevallier (1896-1987)

Déjà connu pour la verrière de Notre-Dame de Paris (1937), il déploie son activité, dans l'après-guerre, aux cathédrales de Beauvais, Angers, Paris et Soissons. Son art reste classique dans sa technique et sa figuration, s'accommodant d'une grande sobriété de moyens avec de simples traits noirs sur des fonds souvent bleus et rouges.

Le vitrail d'axe met à l'honneur la Vierge Marie, patronne de l'église. Les bleus, couleur mariale, et les rouges, couleur royale et divine, créent une double dominante. Tout en haut, la Sainte Trinité. La colombe, figurant le Saint-Esprit, descend entre le Père et le Fils. Le Fils est assis à la droite du Père qui tient un "monde" - boule sommée d'une croix - symbolisant le règne sur l'univers dévolu au Verbe de Dieu incarné. Plus bas, plusieurs mystères du rosaire (l'Annonciation, la Nativité, l'Assomption...).

Dans la nef et les chapelle, scènes bibliques de l'Ancien et du Nouveau Testament ainsi que différents saints. Le thème de l'eau (la Samaritaine, le Baptême de Jésus) fait discrètement référence aux célèbres sources thermales de La Roche-Posay. Les thèmes des saints du Poitou (Savin et Cyprien, Hilaire, Martin et Radegonde) et des saints protecteurs de la France (Louis, Jeanne d'Arc) constituent deux autres clés du programme iconographique.

La Roche Posay

Cliquez pour la visite de l'église à 360° 

Visite réalisée par Yves-Pierre VERACRUZ photographe 

 

avec l'appui de la Mairie de La Roche Posay et de la Société SPIRAX-SARCO à Châtellerault

               Spirax Sarco

La semaine aux 3 vallées

horaires des messes