La ROCHE-POSAY SECTEUR PASTORAL des 3 VALLEES : Patrimoine Spirituel

Des personnages historiques

 Saint HILAIRE de Poitiers

Fresque de Saint Hilaire

 

{multithumbs}Par la vigueur et la rigueur de sa plume, et par son éloquence, Hilaire est l’ardent défenseur de l’orthodoxie de la foi en Occident contre l’Arianisme.
Né vers 315 dans cette province, il fut élu évêque de Poitiers dans les années 350. Marié et père d’une fille (Abre) il mène une vie monastique. Un complot d’évêques ariens l’amènent à s’exiler en Phrygie. Durant son exil, il rédige son principal ouvrage sur la TRINITE.
Durant son ministère, l’évêque de Rome, Libère (352-356) convoque un concile à Sélevée, sans inviter, volontairement, Hilaire de Poitiers. Hilaire s’y rend sans y être invité. Les Pères de ce concile lui refusent un siège, il s’assoit donc par terre. C’est alors que « miraculeusement, la terre s’élève en forme d’un beau siège doré plus haut que tous les autres. Ce dont les assistants sont ébahis. Hilaire mourra vers 367, veillé par son prêtre favori : Léonce. (Légende dorée)

Vitrail Eglise La Roche Posay représentant St Hilaire, Ste Radegonde et St Martin
Les églises de LÉSIGNY et de LEUGNY sont dédiées à Saint Hilaire.
Voir à Poitiers l’église Saint Hilaire, sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.
Saint Hilaire est fêté le 13 janvier.

 

 

 

Saint MARTIN de Tours
Martin, né au début du 4e siècle en Hongrie, quitte l’armée romaine après son baptême, rencontre Hilaire et fonde près de Poitiers, à Ligugé, l’un des premiers monastères des Gaules. Devenu évêque de Tours, il vit dans son proche monastère de Marmoutier et meurt en 397 à Candes-Saint-Martin. Son culte se répand rapidement. Des centaines de paroisses, en Europe, portent son nom.


Sainte RADEGONDE et LA SAINTE CROIX

 

 

PIERRE COUDRIN

CoudrinFondateur de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, plus connue sous le nom de Congrégation de « Picpus », est né à Coussay-les Bois en 1768 d’une famille modeste très pratiquante. Son oncle-parrain, l’abbé François Rion, suit de très près son instruction tant générale que religieuse. Au presbytère de Saint Pierre de Maillé où il a été nommé, il reçoit souvent son filleul et son ami André-Hubert Fournet (voir la notice à son sujet) qui se lient d’amitié. Ainsi entouré, Pierre développera rapidement sa vocation religieuse et en pleine Révolution il est ordonné prêtre « réfractaire » en mars 1792 à Paris. Dès son retour en Poitou, il devra fuir et se cacher dans un petit grenier de la ferme de La Motte d’Usseau.
Pendant cette retraite forcée de cinq mois il se trouvera investi par le Seigneur de sa mission de fondateur. Il sort de sa cachette et entre en résistance, il sera l’intrépide « Maquisard de Dieu » à Poitiers et dans les environs.
Avant même la fin de la période révolutionnaire, il est un des pionniers du relèvement de la vie religieuse apostolique en France.
Avec Henriette Aymer de la Chevalerie, de 1797 à 1800, il pose les La maison natale du père Coudrin à Coussay les Boisfondations de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, où il regroupe des religieux, des religieuses et même des laïcs. La première Maison, fondée à Poitiers en 1800 en est le berceau . A partir de 1805 la Maison Principale est transférée à Paris, rue de Picpus, et d’autres communautés voient le jou,r vouées à l’éducation des enfants pauvres et à la formation des prêtres, avec pour obsession : « que l’Evangile soit annoncé partout ».
Dès 1826, il est l’un des premiers à relever le défi des missions étrangères et le Saint Siège confie à la Congrégation les iles Sandwich (actuellement HawaÏ) comme champ d’apostolat. Six frères y sont envoyés, d’autres suivront , comme le Bienheureux Père Damien de Veuster, apôtre des lépreux dans l’ile de Molokaï. Puis d’autres territoires demanderont aussi l’aide de la Congrégation. Pendant ce temps lui-même, à la demande des évêques des diocèses où il est nommé, s’investit avec ses religieux dans la formation et les missions paroissiales.
Mort en 1837, le Père Coudrin laisse des communautés de près de 300 frères et d’un millier de religieuses toujours très actives de nos jours.

(D’après « Petite vie du Père Marie Joseph Coudrin » par B. Couronne ,prêtre de la congrégation des Sacrés- Coeurs , Desclée de Brouwer, 1997)

 

Mgr Louis Désiré MAIGRET.


Mgr Louis Désiré MAIGRET fut le 2ème évêque des Îles Sandwich (Hawaï)

Mgr MaigretLouis Maigret naquit le 14 septembre 1804 au Village des Marsillys à St Pierre de Maillé (86) - 8ème enfant d'une famille de neuf.

L'Eglise manquait de prêtre en ce début du XIXème siècle. André Hubert Fournet s'employait à distinguer les enfants dont les talents et la piété pouvaient promettre à l'Eglise de bons ministres et il les plaçait, à ses frais, au petit séminaire ou dans les écoles du diocèse, en particulier à la Grand'Maison, à Poitiers, berceau de la Congrégation des Sacrés Coeurs (dite de Picpus). Louis Maigret et deux de ses frères devinrent prêtres dans cette Congrégation.

Blason Mgr MaigretEn 1822 Louis Maigret fait profession à Paris (Père Désiré Maigret en religion) et part en octobre 1834 pour les îles du Pacifique. Pendant quatre années il sera missionnaire aux îles Gambier. En 1840 il arrive à Hawaï. Le 31 octobre 1847 il est sacré évêque en la cathédrale de Santiago (Chili). Mgr Maigret reviendra en Europe en 1869 et 1870 pour assister au concile Vatican I. Il passera quelques jours dans son Poitou natal.

Le 21 mai 1864 il ordonne prêtre, en la cathédrale Notre Dame de Paix à Honolulu, Damien de Veuster et l'accompagne le 10 mai 1873 à la léproserie de Molokaï où Damien de Veuster partagera tout avec les lépreux jusqu'à sa mort en 1889. Damien de Veuster sera canonisé le 11 octobre 2009 à Rome.

Mgr Maigret décèdera le 11 juin 1882 à Honolulu et, après des obsèques nationles, il repose dans la cathédrale Notre Dame de Paix à Honolulu.

 

 

Saint ANDRE-HUBERT FOURNET et Sainte Jeanne Elisabeth BICHIER.

Ces 2 saints, typiques de leur milieu et de leur époque, ont-ils quelque chose à nous dire aujourd’hui ? et quoi ?
Se peut-il que leurs vies fortement engagées en Eglise, en des temps très différents des nôtres mais aussi difficiles, soient pour nous, des appels à oser, dans notre aujourd’hui, un engagement ? Ils ont suivi leur chemin, chemin d’Evangile… et il est sans doute bon de mettre ses pas dans ceux de marcheurs de Dieu…

 

André-Hubert Fournet, curé de St Pierre de Maillé, 1752-1834, interpellé par un mendiant, laisse sa vie facile en découvrant qu’autour de lui, des gens, dont il devrait se préoccuper, n’ont pas tous de quoi vivre décemment… La Révolution française l’exile en Espagne. A son retour, les dangers de son état de prêtre réfractaire, et donc clandestin, lui font partager et connaître la vie des pauvres gens. Il voit leurs besoin « d’être instruits et soignés » dans tous les domaines…Un appel pour lui…

 

 

E bichier des ages

 

Elisabeth Bichier des Ages, 1773-1838, jeune femme riche et belle, très pieuse, désirant se consacrer à Dieu dans un cloître, est obligée, par les circonstances de l’époque et sa situation familiale, de vivre à Béthines, paroisse desservie alors par un prêtre « jureur ». Sa recherche d’un soutien spirituel lui fait rencontrer le Père Fournet lors d’une messe clandestine, aux Petits Marsyllis. André-Hubert lui fait découvrir ce qu’est l’appel de Dieu sur sa vie.

 

Elisabeth vivra sa consécration au Christ à travers le service des pauvres : instruction des enfants, soins aux malades.


La PuyeDe leur rencontre en 1797, la congrégation des Filles de Croix naîtra à saint Pierre de MAILLE dans les dépendances du château de Molante, louées par Jeanne Elisabeth. Puis elle s’établira à LA PUYE et de là, à travers le déroulement de l’histoire de l’Eglise, de celle de la France et du monde, franchira les frontières et aujourd’hui, se retrouve sur 3 continents : EUROPE, AMERIQUE du Nord et du Sud, Afrique. Avec ses moyens pauvres, elle essaie de vivre quelque chose de l’évangile d’amour.

L’ouverture d’une communauté de filles de la Croix aux Mureaux (Yvelines) en 2007, dans un quartier populaire, le projet d’ouverture d’une communauté au nord de la Thaïlande pour l’année qui vient, sont dans la droite ligne de la mission première des sœurs, il y a 200 ans.

L’urgence ressentie par André-Hubert et Elisabeth est de toujours. Le temps de Dieu, c’est aujourd’hui…et c’est aujourd’hui qu’il nous dit : « Ce que vous faites aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites »

La semaine aux 3 vallées

horaires des messes